Quelques conseils pour gérer sa colère

Vous êtes devant le match ou vos mails et vous sentez la moutarde qui vous monte au nez. Vous-vous impatientez, la pression monte, la chaleur dans le corps ou dans la tête, et vous explosez!!! Ou alors vous ne dites rien et rongez votre frein.
Alors comment réagir ?

Avec un niveau de Quotient Emotionnel élevé, vous pourrez être en mesure de mieux entendre vos émotions, puis les émotions des autres et d'avoir ainsi une réponse plus adaptée. C'est une des clefs pour réussir vos relations et votre vie professionnelle... pour commencer.
Je vous propose de gagner quelques points de Q.E. en maitrisant votre émotivité. Je vous propose dans ce billet de regarder ce qui se cache derrière cette émotion qui peut être un frein ou un allié: La colère.


Spécial UEFA Euro 2016 : L'expression de la colère

video



Une video  amusante à voir absolument de la colère d'un supporter de foot piégé devant sa tv:  https://youtu.be/F21YueJaqBk

Pour ceux qui n'auraient pas de tv ou de laptop sous la main, et qui n'oseraient pas communiquer sur leurs émotions, retenez que nous sommes tous très forts pour ne pas nous avouer que nous sommes en colère et pour retourner notre colère contre nous-mêmes. 

Voici une liste pour vous aider à repérer si vous êtes éventuellement dans le déni de votre propre colère.

Les observations qui suivent peuvent signaler une colère cachée, inexprimée ou latente.

1 - Avoir l’esprit occupé à l’exécution de tâches imposées jusqu’à leur terme.
2 - Etre perpétuellement ou très souvent en retard.
3 - Exprimer son humour par la méchanceté ou l’ironie.
4 - Converser sur le mode sarcastique, cynique, ou dans la légèreté systématique. 
5 - Soupirer fréquemment.
6 - Etre trop poli, constamment jovial, défléchir.
7 - Etre blessant avec le sourire.
8 - Faire des rêves dérangeants ou des cauchemars.
9 - Parler sur un ton monocorde et contrôlé.
10 - Avoir des difficultés d’endormissement, ou des troubles du sommeil.
11 - Ressentir l’ennui, être apathique, perdre tout intérêt pour ce qui d’habitude vous enthousiasme.
12 - Etre ralenti dans ses mouvements.
13 - Etre plus fatigable qu’à l’accoutumée.
14 - Etre irrité à l’excès pour des broutilles.
15 - S’assoupir quand ce n’est pas le moment.
16 - Dormir plus qu’il ne faut, jusqu’à 12 ou 14 heures par nuit.
17 - Se réveiller fatigué, et non reposé et restauré.
18 - Avoir les mâchoires serrées ou les dents qui grincent, en particulier en dormant.
19 - Avoir des tics, des mouvements spasmodiques des pieds, serrer les poings, et autres manifestations physiques répétitives, non intentionnelles ou inconscientes.
20 - Etre chroniquement dépressif, traverser de longues périodes de déprime sans raisons apparentes.
21 - Souffrir de raideurs ou de tensions chroniques dans la nuque et les épaules.
22 - Souffrir d’un ulcère de l’estomac.

Le temps psychologique 

Ce qui s'est passé il y a 10 ans, mon corps et mon esprit peuvent le revivre comme si cela s'était passé hier. La confusion des souvenirs du passé resurgit avec force dans les situations difficiles. Notre cerveau peut se retrouver au centre de cette nébuleuse du temps psychologique n'a pas de lien logique avec le moment présent. Bien souvent notre émotion est liée a notre passé ou nos projections futures.

Nicholson - Sandler - Anger Management
De plus, une personne qui exprime de la colère est souvent considérée comme portant atteinte au cadre posé ou à l’autorité d'un autre adulte. L’expression de la colère d'un enfant peut également être considérée comme un manque de respect envers la personne vers qui elle est destinée.

Pourtant, les émotions, quelles qu’elles soient, sont d’excellents indicateurs pour nous guider dans l’accompagnement des autres, voire des plus jeunes.

La colère est alors une émotion écran qui peut en cacher une autre. Elle cache bien souvent un besoin non exprimé.


D’autant que la colère cache souvent une émotion sous-jacente, comme par exemple de la tristesse, de la déception, un sentiment d’injustice, d’impuissance ou encore de la peur.

Exprimer son émotion au travail :

La colère demeure constructive dans une relation, que ce soit entre collaborateurs ou entre dirigeant et subordonnés. L’harmonie de la relation au sein d’une entreprise repose sur la confiance et le partage. Ainsi, je vous invite à exprimer vous émotions avant qu'elles ne vous submergent avec un ou deux mots en évitant de les refouler. Les plus optimistes arrivent à transformer leur colère en énergie positive leur permettant d’assurer une vie plus sereine au bureau.




La colère en tant que telle n’est pas mauvaise. C’est une force primitive et une énergie puissante. Il est essentiel cependant de trouver la façon de l’exprimer sainement pour grandir sur la voie de l’intégrité et de l’authenticité.

Trouver le besoin non satisfait 

Je vous invite à communiquer en un ou deux mots sur l'émotion ressentie et d'aller chercher le besoin qui se cache derrière. Une fois le besoin exprimé, la colère n'a plus besoin de persister.

et en attendant, je vous invite à suivre cette video pour respirer : 



Share on Google Plus

About Monsieur NoStress

Après un parcours professionnel dans le domaine de la formation, Stéphane Kay, est devenu un coach facilitateur d'évolution au service des personnes et des entreprises qui souhaitent booster leur activités professionnelles en misant sur l'optimisation du potentiel humain.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Une question ou un commentaire?