Et Si Je Choisissais ?

Lors d’un atelier en milieu scolaire, nous venions de jouer quelques saynètes de ´CNV’ sur la façon d’introduire un langage qui permette à chacun de mieux prendre conscience de la responsabilité de ses actes, une enseignante me confia : 

« Je déteste mettre des notes !
Je ne pense pas que cela serve à quoi que ce soit et ça angoisse beaucoup les élèves....
Mais j’y suis obligée !!
Ce sont les directives du rectorat. » 

Je rebondis sur ce que j'entends et je lui propose de reformuler ce qu’elle démit en commençant par : 
« Je choisis... »

- « Je choisis de mettre des notes parce que je veux… » 

Et elle compléta sans hésiter : - « parce que je veux garder mon poste. » 

Et s’empressa d’ajouter : 
« Mais je n’aime pas le dire de cette façon. Cela fait peser sur moi tout le poids de la responsabilité de ce que je fais. »
Et c’est exactement le but de cet exercice.

« Reconnaître le choix que nous faisons. »

Image result for movie dangerous mind
Michelle Pfeiffer - Dangerous Mind 1997
Pour développer un équilibre, et developper notre intelligence émotionnelle, nous pouvons remplacer le langage impliquant une absence de choix par un langage qui reconnaît le choix.

Nous nions la responsabilité de nos actes lorsque nous attribuons leur cause à des forces impersonnelles, vagues ou liées aux autres...
Image result for into the wild movie
Into the Wild - Sean Penn - 2007
Peut-être retrouverez-vous dans ces exemples ci dessous.
« J’ai nettoyé ma chambre parce que j’y étais obligé »

Notre état de santé, au diagnostic dont nous sommes l’objet, ou à nos antécédents individuels ou psychologiques
« Je bois parce que je suis alcoolique. »

Les actes d’autrui
« J’ai frappé mon enfant parce qu’il courait et criait dans la rue. »

Le diktat d’une autorité
"J’ai menti au client parce que le patron me l’a demandé."

La pression sociale
"J’ai commencé à fumer parce que tous mes amis fumaient"

Une politique institutionnelle, des règlements, des lois 
« Je dois vous renvoyer pour cette infraction car c’est la politique de l’école. »
Whiplash - Damien Chazelle - 2014
Alors comment rompre avec le passé des mentalités ancrées de la nature humaine moralisatrice qui souligne le mal et fixé sur les défaillances ?
Les jeux psychologiques : Le triangle dramatique
Une des approches de la C.N.V que ce soit par Marshall Rosenberg ou transmis par Jacques Salomé (méthode Espere) sera d’observer que je suis auteur, acteur de ce que je vis. Remettre la responsabilité de ce que je fais à l’univers, me renvoie des charges émotionnelles.

Comment échapper aux charges de la victimisation ou du bourreau ?

Il est fort possible que ces "non choix" décrits plus haut, réveillent de l’opposition chez moi, de l’auto sabotage. Une partie de moi voudra certainement se rebeller, ou s’opposer à cette communication aliénante.
Vivre docile sous le diktat peut se transformer en violence contre moi-même ou dans mes relations aux autres.
Jean Dujardin - J'accuse - Roman Polanski - Césars 2020 - La polémique dans la violence du tribunal d'opinion

Sans choix possible, persuadé d'être dans une mission positive, je renvois alors la frustration de mes obligations avec violence pour me venger de l'injustice que je vis. Je demande réparation pour chacun, et pour le monde, soit en exigeant, soit en faisant culpabiliser, dévalorisant et autres comportements étiquetés comme toxiques. Qu'ils soient conscients ou non mais qui sont une entrave à l’empathie, à la bienveillance et à l'intelligence collective.

Vivre ou Subir ?

Bradley Cooper - Limitless 2011
Si je me dit que je n’ai pas le choix, c’est que j’ai choisi de ne pas avoir le choix. 
Ce qui peut m’arranger dans des situations critiques. Il y a toujours une alternative aux actes. J’ai ainsi une possibilité d’entrevoir d'autres pistes ou d’agir autrement, avec moins de frein, de frustration afin d’accéder à plus de créativité.

Même bien intentionné, je vous propose d'observer ces tics de langage pour ensuite les remplacer
Sortir des obligations
Il faut, y’a qu’à... je dois , je suis obligé..." par "Je choisis de ..."

« J’ai choisi de fumer parce que... j’avais envie de me sentir intégrée par ce groupe et en lien avec eux. »
Image result for Le cercle des poètes disparus
Dead Poet Society - 1989- Peter Weir

Une maman qui me disait: « J’aide les enfants pour les devoirs mais ça m’agace, je n'ai pas envie de faire ça. »

Pour finalement déclarer après quelques échanges... 

« Je choisis d’aider mes enfants pour les devoirs parce que je veux qu’ils réussissent. »

Quand cette maman, a pris conscience de son choix et qu’elle le verbalise, elle bénéficie d'une ouverture et d'un champ de possibilités. Elle ne subit plus ses actes et son désir de maman, devient son moteur. 
Ainsi libérée, avec moins de pression, elle repasse actrice dans l’éducation des siens.
Image result for pursuit hapinessmovie
The Pursuit of Happyness - Gabriele Muccino - 2006
Pour finir je lui ai proposé ces 4 axes pour se responsabiliser soi-même sur:

  • Ce que je dis
  • Ce que je fais
  • Ce que je ressens
  • Mes besoins relationnels

Inspiré des ouvrages de Marshal Rosenberg et de Jacques Salomé :

Image result for marshall rosenberg
Marshall Rosenberg - Les mots sont des fenêtres
Image result for marshall rosenberg
La Communication Non Violente - M. Rosenberg


Ces exemples sont des indices sur la qualité de notre communication avec notre entourage, en commençant par nous même. C’est une prise de conscience qui permettra de changer, en ouvrant son écoute intérieure, de gagner en confiance et en fluidité dans nos relations...
 
Et vous, aujourd'hui, quel risque êtes vous prêt à prendre pour sortir de vos obligations et choisir?



Share on Google Plus

About Monsieur NoStress

Après un parcours professionnel dans le domaine de la formation, Stéphane Kay, est devenu un coach facilitateur d'évolution au service des personnes et des entreprises qui souhaitent booster leur activités professionnelles en misant sur l'optimisation du potentiel humain.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires :

Publier un commentaire

Une question ou un commentaire?